Edito

Conscience écologique et culturelle

Mars est le mois de la renaissance. Les bourgeons déploient leurs feuilles, les soirées s’allongent et la terre humide et noire se couvre de vert. La préciosité de la nature est là, sous nos yeux. Elle est notre dénominateur commun, elle nous rassemble, nous nourrit et nous émerveille. On pourrait croire que je parle de culture.

Peut-être n’y a-t-il jamais eu autant de proximité entre la nature et la culture. Le spectacle est vivant comme la nature est vivante et la prise de conscience écologique qui nous traverse doit s’accompagner d’une prise de conscience culturelle. L’appauvrissement du langage est aussi préoccupant que l’épuisement des sols et ses défis sont, tous deux, collectifs.

Heureuse 17ème édition collective, joyeuse et consciente.

 

 

Jean-François Dauré

Président de GrandAngoulême

A lire également